La Fondation Plank

Un investissement stratégique en développement

Mise à jour de l’étude de faisabilité : avril 2021

Depuis le début de l’étude de faisabilité de la Fondation Plank (LFP) en octobre 2020, nous avons appris et compilé beaucoup de choses.

L’achèvement est prévu pour la fin mars 2021. Les consultations auprès des intervenants internes et externes sont terminées et complètent une recherche et un examen approfondis du paysage et de l’environnement actuels (nationaux et internationaux), de même qu’une enquête sur les possibles modèles organisationnels. 

Les conversations avec les principaux intervenants et acteurs du changement de partout au Canada, de concert avec le travail fait en interne, ont contribué à mettre en évidence un certain nombre de variables et de facteurs clés pour les aspirations de LFP.

Dans la mise à jour qui suit, nous sommes ravis de vous faire part des principales conclusions obtenues et des points centraux soulevés par ce travail.

Nous sommes reconnaissants pour le temps qui nous a été accordé par ceux avec qui nous avons discuté jusqu’à présent et pour les commentaires pertinents qu’ils nous ont partagés. Nous ne manquerons pas de vous tenir au courant des résultats de cette étude.

Warren Wilansky et David Moss

Principaux enseignements et idées

Les points suivants sont ressortis relativement à l’approche, à l’orientation et à la mission potentielles de la Fondation Plank :

  • Étendre l’impact philanthropique de Plank en lançant ou en contribuant à des projets susceptibles d’être minimalement testés et mis à l’échelle pour soutenir plusieurs organisations ;
  • Garantir un auditoire minimum viable, un projet minimum viable, de même que l’organisation et l’assurance de la qualité du travail de Plank ;
  • Mettre l’accent sur le soutien de solutions numériques novatrices qui ont une incidence positive dans le secteur des arts et de la culture à but non lucratif au Canada ;
  • Contribuer au renforcement des capacités numériques et à la transformation du secteur en présentant des solutions numériques hybrides en direct qui renforcent la résilience et l’efficacité des organismes artistiques et culturels ;
  • Soutenir les organisations et les réseaux que Plank ne dessert normalement pas (c’est-à-dire les petites et moyennes organisations qui n’ont pas les budgets pour recourir aux services de Plank) ;
  • Collaborer avec des organisations, des partenaires et des individus qui ont la vision, la volonté et la capacité de :
    • tester de nouvelles façons d’aborder les questions de justice sociale ;
    • développer et tester de nouveaux modèles économiques et commerciaux ;
    • améliorer leurs pratiques respectueuses de l’environnement ;
    • tester, exploiter et partager des outils numériques et en ligne ;
    • participer au développement, au déploiement et au soutien du partage des connaissances.

Principales questions soulevées en cours de processus :

  • Quels sont les besoins et que pourrait-on créer qui ne serait pas une copie de ce que font les autres?
  • Qu’est-ce que Plank pourrait faire différemment?
  • Comment assurer la synergie avec les valeurs, l’éthique et les normes de Plank?
  • Comment s’assurer que LFP ne nuise pas à Plank par des conflits d’intérêts, qu’elle ne bloque pas son développement des affaires ou qu’elle ne s’étende pas trop?
  • Comment gérer le renouvellement des investissements et l’expansion du développement de LFP par rapport au fonctionnement et à la croissance de Plank?
  • Comment, et par quelles voies, Plank et LFP peuvent-elles établir leur rôle de leaders distincts et complémentaires sur le plan national et contribuer au mouvement de transformation numérique du secteur des arts et de la culture?
  • Devrait-on opter pour du travail pro bono ou pour une nouvelle forme de philanthropie?

Un appétit pour le renouveau, le recentrage, la reconstruction et l’innovation dans le secteur des arts et de la culture au Canada

La pandémie a amplifié de nombreux problèmes systémiques existants dans le domaine des arts et de la culture et a permis d’accepter de manière générale et répandu que le numérique n’est plus facultatif, ni un simple avantage à avoir.

En outre, dans l’environnement national et mondial, on reconnaît de plus en plus que les arts et la culture peuvent contribuer à aborder et résoudre les problèmes de justice sociale et d’environnement.

Les conséquences néfastes et continues de la pandémie de COVID-19 continuent de se faire sentir chez les artistes, les créateurs, les travailleurs du milieu culturel et les organismes de toutes sortes au Canada. On ressent toutefois un désir général et un intérêt à profiter de l’opportunité pour soutenir un certain nombre de changements — pour « reconstruire en mieux », miser sur une nouvelle résilience et renouveler l’impact que le secteur peut avoir dans l’avancement de notre société — en donnant aux artistes et aux créateurs les moyens de faire ce qu’ils font le mieux de façon novatrice, significative, inclusive et durable.

Agir et aborder les questions liées aux crises sanitaires, économiques, sociales et environnementales font partie de l’ADN et des aspirations de Plank.

Introduction automne 2020

Il y a dix ans, nous avions discuté de l’idée de trouver une façon pour Plank d’investir plus formellement, non seulement en travaillant avec des organismes à but non lucratif, mais en trouvant des moyens de les aider directement. Nous sommes fiers de notre travail pro bono annuel, mais nous avions le sentiment que nous pouvions en faire plus.

C’est ainsi qu’il y a quelques mois, en collaboration avec David Moss, nous avons décidé d’entreprendre une étude de faisabilité pour explorer la meilleure façon d’organiser cet investissement ambitieux et de déterminer qui, dans notre communauté, pourrait être ouvert à se lancer dans un projet pilote commun.

Par le biais de tels partenariats, l’objectif de la Fondation Plank (nom de travail) serait :

  • de développer des solutions numériques innovantes et accessibles pour permettre aux organisations de devenir plus efficaces dans l’espace numérique, et
  • d’améliorer le travail de ces organisations en l’orientant vers des pratiques et des résultats plus responsables sur le plan social, culturel et environnemental.

Idées en gestation

Des types d’initiatives que la Fondation Plank pourrait développer en partenariat avec d’autres organisations à vocation semblable.

Bien que nous nous appuyions sur certaines expériences passées, nous souhaitons mener une consultation externe. Ce processus nous donnera l’occasion de discuter avec des membres de notre communauté d’affaires en qui nous avons confiance. Il nous permettra également d’engager la conversation avec des acteurs du changement et des organisations de premier plan au Canada et aux États-Unis afin de déterminer où l’investissement de Plank pourrait avoir le plus d’impact.

Il convient de préciser que nous avons un faible pour les arts et la culture, l’éducation et les organismes à but non lucratif. À la lumière de l’expérience acquise au cours de ce processus exploratoire, nous voyons des possibilités dans trois sphères d’activités pour la Fondation Plank et ses partenaires :

Retombées

Plank fait don d’une technologie existante qu’elle a mise au point (ou l’adapte) pour aider certains groupes cibles identifiés à combler un besoin grâce à du code en source libre. Par exemple :

  • application multilingue de surtitrage de théâtre pour sites Web sur appareils mobiles ; cette application est actuellement optimisée pour Shakespeare in the Park
  • Tessitura TNEW + intégration WordPress
  • Spektrix + intégration WordPress

Développer les programmes philanthropiques existants

Plank élargit son initiative « Plank Gives Back » et son programme de mentorat « Diversité et inclusion ».

  • Plank Gives Back—deux fois par année, Plank coordonne une campagne où 80 heures de travail sont offertes à un organisme à but non lucratif. La plupart des organismes à but non lucratif ne sont pas en mesure d’assumer les coûts importants associés à la création ou à la mise à jour d’un site Web. Par le biais de cette initiative, Plank améliore la présence en ligne de ces organisations.
  • Programme de mentorat diversité et inclusion — deux fois par année, Plank organise quelques séances pour guider et prodiguer des conseils à un membre de la communauté PANDC. À ce jour, nous nous sommes notamment associés à DESTABYN, un organisme montréalais engagé à aider les jeunes noirs à atteindre leurs objectifs en matière d’éducation, d’employabilité et d’entrepreneuriat.

Éducation, formation et événements

Plank soutient le développement et le déploiement d’outils, de services et de programmes d’éducation et de formation.

Dans le même ordre d’idées, Plank coproduit des événements qui réunissent et aident les organisations (et les personnes) à faire du Web une ressource plus efficace pour la réussite de leur entreprise et pour leur épanouissement personnel.

(Cette expertise et ces ressources pourraient également être utilisées pour appuyer les deux premières initiatives.)

À propos de Plank

Plank est un studio numérique primé qui fait du Web un meilleur endroit depuis 1998. Nous nous efforçons d’établir des relations durables avec nos clients, en travaillant sur des projets auxquels nous croyons. Notre équipe se passionne pour de nombreux secteurs d’activité, mais nous nous spécialisons dans la création de sites Web et d’applications mobiles pour le secteur des arts et de la culture, les organismes à but non lucratif, l’enseignement supérieur, le sport et la santé.

Depuis sa création, Plank a porté son attention sur des projets qui ont une incidence directe sur la vie des gens. La responsabilité sociale et la justice sociale sont inscrites dans l’ADN de Plank et constituent le fil conducteur de son travail. Des éléments qui ont fait de Plank un pionnier de l’entrepreneuriat à vocation sociale, une tendance en croissance dans le monde.

À propos de David Moss

Au cours de sa carrière, David s’est imposé comme leader, cadre supérieur et conseiller engagé et visionnaire du domaine des arts et de la culture. Soucieux d’apporter des changements stratégiques fondés sur l’action au carrefour de la culture et de la communauté, David a guidé avec succès de grandes institutions artistiques et culturelles à travers des changements visant à accroître leur impact et leur portée, notamment le Centre des arts Saidye Bronfman et l’Opéra de Montréal. À titre de directeur général national et fondateur des Fête de la culture, il a dirigé la création du tout premier mouvement pancanadien de participation populaire aux arts et à la culture, et d’un événement annuel qui se déroule dans quelque 800 villes et villages et qui attire 2 millions de participants chaque année.

David est reconnu pour sa passion et sa grande sensibilité pour le développement social, l’éducation, l’entrepreneuriat et l’engagement communautaire. Il dirige en ce moment avec Plank — une agence créative montréalaise axée sur des projets numériques significatifs — le projet de création d’une fondation qui travaillera en partenariat au développement de solutions numériques innovantes pour accroître l’efficacité des organisations dans l’espace numérique et les orienter vers des pratiques et des résultats plus responsables sur le plan social, culturel et environnemental.